Coopération Finistère Cornwall

Partenariat avec la Cornouailles britannique.

Enjeux et actions

Un premier protocole de coopération a été signé en 1989 entre le Finistère et la Cornouailles britannique. En 2007, afin d’encourager la coopération et la compréhension entre les populations finistérienne et cornique, le Conseil départemental du Finistère et son équivalent britannique le Cornwall Council ont décidé de renforcer leurs relations au travers d’un nouveau protocole. Ce dernier affirme la volonté des territoires à travailler ensemble. Un Plan d’actions biannuel fixe les priorités de coopération.

La Cornouailles anglaise et le Finistère sont depuis longtemps conscients de leurs problématiques communes, notamment du fait de leur situation géographique périphérique. L’omniprésence de la mer, les risques de dépendance énergétique, les enjeux démographiques, l’histoire celtique commune ou encore l’importance de l’activité touristique sont autant de sujets sur lesquels les deux territoires peuvent échanger leurs expériences et initier des projets communs.

Les deux institutions travaillent en partenariat pour :

  • développer des actions communes et, si nécessaire, rechercher des fonds européens en répondant ensemble à des appels à propositions,
  • échanger leurs savoir-faire, expériences et bonnes pratiques dans l’intérêt des populations et dans les domaines d’investigation impliquant les deux régions,
  • faciliter et permettre aux acteurs et partenaires de leurs territoires de développer des actions sur des secteurs d’intérêt commun.

Pour faciliter les échanges, le Conseil départemental dispose depuis 2007 d’un volontaire international en Entreprises basé à Truro au Cornwall Council. Cette personne est chargée de mettre en relation les acteurs finistériens et corniques afin d’initier des projets de coopération européenne ou des projets bilatéraux entre acteurs des deux territoires.

Le Plan d’actions 2018-2020 comporte 5 priorités : le tourisme, la jeunesse, la croissance verte et bleue, la culture et les langues régionales, l’agriculture.

Informations complémentaires

Contact(s)

Laura Paillat
Volontaire internationale

 

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut