Desserte maritime des îles, un service de qualité

© CD29 - B. Galeron

Un engagement historique du Département pour un service public de qualité.

La desserte des îles habitées du Finistère est un enjeu majeur pour préserver une vie sociale et économique dans ces espaces insulaires, hauts lieux du patrimoine Finistérien. Elle est aussi un atout majeur pour l’attractivité touristique du département.

Le Conseil départemental du Finistère examine pour la dernière fois cette année le bilan d’activité de la desserte maritime et aérienne des îles. Cette compétence a été transférée à la Région Bretagne au 1er janvier 2017.

A l’occasion de la présentation de ce bilan, Didier Le Gac, Vice-Président du Conseil départemental, a tenu à souligner le professionnalisme et l’investissement du personnel de la compagnie maritime, des services de la collectivité, et des marins, dans les conditions de navigation difficiles de la mer d’Iroise.

Plus de 300 000 passagers vers les îles

En 2015, 327 398 usagers ont utilisé les bateaux de la Compagnie maritime Penn ar Bed, vers Ouessant, Sein et Molène.

Concernant le fret marchandises, 11 630 tonnes ont été acheminés vers l’île de Batz, 12 181 tonnes vers Ouessant, Sein et Molène.

Un engagement ancien et constant du Département

Le soutien du Département à la desserte maritime est une histoire ancienne.

Dès 1878, il apporte son aide à l’exploitant de la ligne d’Ouessant. En 1915, l’exploitant refuse de poursuivre l’exploitation, ne souhaitant pas procéder au nécessaire remplacement du navire. Le Département du Finistère décide alors d’en faire un service départemental.

A partir de 1991, la desserte maritime des îles d’Ouessant, Molène et Sein fonctionne sur le principe d’une délégation de service public, confiée à la Compagnie maritime Penn ar Bed. Le cahier des charges de cette délégation, qui précise le niveau des services apportés aux usagers, est défini par le Département, en concertation avec les îliens, premiers publics concernés.

Depuis la prise en charge de ce service par le Département, il a cherché toujours à prendre en compte les besoins et les attentes des populations concernées, au travers de bateaux marins, aguerris aux conditions de navigation de la mer d’Iroise, de rotations nouvelles et d’une tarification adaptée.

Une offre adaptée pour les insulaires

  • Fin 2012 : une rotation supplémentaire sur la ligne Nord le dimanche après-midi en basse saison.
  • Mi-2013 : une seconde rotation le vendredi sur la ligne Sud en saison intermédiaire.
  • Début 2009 : diminution de moitié du tarif insulaire principal.

Une flotille modernisée et performante

  • 2009-2010 : refonte des différents navires suite à des évolutions de la réglementation :
    • Enez Eussa III
    • Enez Sun III
    • André Colin
    • Molénez
  • 2010-2011 : construction du Fromveur II mis en service en décembre 2011 (13 M€ HT).
  • 2012 : remotorisation de l’Enez Eussa III (1,4 M€ HT).
  • 2014 : remotorisation de l’Enez Sun III (1,3 M€ HT).
  • Une délégation de service public est également en vigueur depuis 1991 pour la desserte en fret de l’île de Batz, et d’importants investissements réalisés ces dernières années sur la barge de transport de marchandises François André.

Le service public pour pallier la carence de l’initiative privée

Dans un cas comme dans l’autre, il apparaît bien que c’est la carence de l’initiative privée, en raison du peu d’attractivité de la rémunération attendue du service mis en œuvre qui a rendu nécessaire l’intervention du Département.

Chiffres clefs

Molène, Ouessant et Sein

  • 6 navires : 3 mixtes (passagers et marchandises), 1 passagers, 1 de charges et 1 transbordeur.
  • 6 gares maritimes.
  • Nombre de traversées de passager : 327 398.
  • La contribution financière départementale pour l’année 2016 est estimée à 4,8 M€ HT soit 5,3 M€ TTC.

Batz

  • 1 barge de transport de marchandises.
  • Des entrepôts de stockage de marchandises.
  • Contribution financière départementale : 0,3 M€.

Informations complémentaires

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut