Ensemble, luttons contre les violences faites aux femmes

Des services d’écoute et d'information disponibles

Les femmes et les filles sont souvent exposées à des formes graves de violence, lesquelles constituent une violation grave des droits humains et un obstacle majeur à la réalisation de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Quelle que soit la violence subie, qu'elle soit ancienne ou récente, ses conséquences sont importantes. Propres à chaque victime, elles sont variables dans le temps et justifient de ne pas rester seule. Les victimes peuvent en parler à une personne de confiance, à un professionnel de santé, à une assistante sociale ou une association spécialisée dans la lutte contre les violences faites aux femmes qui pourra les écouter et les conseiller.

Un numéro d'écoute, d'information et d'orientation,le 3919, est dédié aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés. Gratuit et anonyme, il est désormais accessible 24h/24 et 7j/7, sans interruption.

Depuis 1999, le 25 novembre est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Comme chaque année, le Conseil départemental du Finistère s’associe à cette journée en mettant l’accent sur tous les dispositifs d’alerte et de secours mis à disposition par l’Etat.

Les dispositifs nationaux d’alerte et de secours

Il est important de rappeler que l’ensemble des dispositifs d’alerte et de secours sont actifs et opérationnels pour écouter, secourir et protéger les personnes victimes de violences à l’intérieur du foyer. Les policiers et les gendarmes ont été formés à ces situations d’urgence.

En cas d’urgence et de danger immédiat :

  • appelez le 17
  • utilisez le 114 par SMS

Le 3919 pour les femmes victimes de violences désormais accessible 24h/24 et 7j/7

Chantage, humiliation, injures, coups, violences sexistes et sexuelles...

Pour demander de l’aide, les femmes victimes de violences peuvent contacter le 3919, gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone est désormais accessible 24h/24 et 7j/7, sans interruption.

Pour un conseil, une orientation ou signaler un fait de violences

  • signalez votre situation sur internet via la plateforme dédiée fonctionnant tous les jours sans exception, 24h/24 avec un tchat non traçable : https://arretonslesviolences.gouv.fr/ 
  • utilisez le tchat gratuit : www.commentonsaime.fr
  • téléchargez l’application « APP-ELLES » : https://www.app-elles.fr/
  • si vous êtes une femme en situation de handicap et victime de violences, appelez le 01 40 47 06 06 (permanences le lundi de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30 ; le jeudi de 10h à 13h)
  • si vous êtes un enfant victime de violences, appelez le 119 (appel gratuit 24h/24, 7j/7)

Le rôle du Département

En complément de ces dispositifs nationaux, le département intervient sur la prévention des violences sexuelles sur le terrain grâce aux centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) et aux deux intervenantes sociales en gendarmerie Aurélie Le Duff et Caroline Gouriten.

Enfin le Conseil départemental et ses services travaillent en partenariat étroit avec la déléguée départementale aux droits des femmes Maud Le Goff.

Les centres de planification et d’éducation familiale du département du Finistère (CPEF) à votre écoute

Les centres de planification et d’éducation familiale du département du Finistère (CPEF) sont des lieux d’accueil et de consultations médicales à destinations des jeunes et des publics vulnérables sur les questions relatives à l’intimité et la sexualité. Ils sont ainsi des lieux privilégiés de repérage, de prise en charge et d’orientation des personnes victimes de violences, en particulier de violences sexuelles.

La question d’un vécu de violence, et en particulier sexuelle, est en effet abordée de manière systématique à chaque consultation. Un patient sur trois révèle ainsi un vécu de violence sexuelle, et un patient sur deux un vécu de violences, au sens large. Il s’agit souvent d’une première révélation.

Les conseillères conjugales et familiales, présentes sur chaque site, ont également un rôle de repérage et de prévention par leur offre de prise en charge des couples en difficultés.

Les professionnels des CPEF ont enfin un rôle de sensibilisation et de prévention auprès des jeunes sur ces questions (envers les agressés et les agresseurs) par le biais des séances d’information collectives réalisées dans les établissements scolaires et non scolaires du département.

  • Générer en PDF
  • Suggérer