Lutte contre la précarité, la pauvreté et l’exclusion : le Finistère engagé !

© Shutterstock

Renforcer les politiques de prévention et d’accompagnement.

Une mission d'étude en Finistère

La stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté présentée en septembre 2018 entend s’attaquer à la reproduction de la pauvreté dès les premières années de la vie. Elle pointait des améliorations nécessaires dans la mise en œuvre des politiques sociales, notamment pour l’accompagnement de la petite enfance, la protection de l’enfance, l’insertion, la gestion du Revenu de Solidarité Active (RSA) et la rénovation du travail social.
Le Département est le chef de file de ces politiques et entend prendre plus que sa part au travers d’une ambition réaffirmée pour lutter, au plan départemental, contre la pauvreté et l’exclusion.

Décidée lors de la séance plénière du 20 décembre 2018, une mission d’étude, conduite par Marc Labbey, Président de la Commission des solidarités, et associant l’ensemble des groupes politiques de l’Assemblée départementale, a dressé un état des lieux de la pauvreté en Finistère et propose des réponses nouvelles.
Pour alimenter sa réflexion, la mission s’est appuyée sur un recueil documentaire et d’expériences, l’audition collective et des contributions de partenaires et d’universitaires. Des auditions d’usagers ont également été réalisées lors d’un forum des représentant.e.s des allocataires du RSA le 15 mars dernier. Un groupe d’expression de jeunes s’est réuni le 9 avril et les professionnels du Départemental ont également été entendus.

Les enjeux et les actions

Les enjeux et les actions suivantes sont proposés par la mission. Pour faciliter leur mise en œuvre, le Département va adapter l’organisation de ses services d’action sociale et d’insertion, et contractualiser avec l’Etat pour dégager des moyens financiers complémentaires sur les actions nouvelles.

  • Parler collectivement de la pauvreté.
    Il faut changer l’image de la pauvreté et faciliter l’accès aux droits des usagers à travers une communication départementale adaptée, en associant davantage les usagers aux politiques départementales les concernant de lutte contre la pauvreté, et en créant « un observatoire de la pauvreté » en Finistère.
  • Lutter contre la pauvreté à tous les âges de la vie.
    Il faut rompre avec les situations de pauvreté dès le plus jeune âge ? Chaque jeune finistérien.ne doit pouvoir disposer de ressources adaptées et d’un logement stable. Une attention particulière doit être portée à l’accompagnement jusqu’à la majorité et au-delà, dans le cadre des contrats jeunes majeurs, des jeunes concerné.e.s par la protection de l’enfance, La lutte contre la précarité des seniors est également une priorité.
  • Rebâtir l’inclusion à travers notamment des mises en parcours rénovées.
    Le Département joue pleinement son rôle de coordination des acteurs et d’animation des politiques d’insertion, et fait évoluer le parcours d’accompagnement des allocataires du RSA, avec une offre d’insertion adaptée. L’accès à la santé, au logement et à mobilité sont souvent des freins pour l’inclusion et le retour à l’emploi : le suivi santé des allocataires sera notamment une priorité à mettre en œuvre. La réflexion sur le revenu de base sera également poursuivie en lien avec d’autres Départements.
  • Renforcer l’accès aux services et aux droits sociaux.
    Il est proposé d’améliorer le repérage des situations de précarité, de proposer la mise en oeuvre d’un.e référent.e unique du parcours, et de renforcer la présence des travailleurs sociaux auprès de différents publics.

La pauvreté en Finistère

Le taux de pauvreté en Finistère est plus faible qu’en Bretagne et en France. Des disparités existent en Finistère. Il est plus élevé dans la métropole brestoise et dans le Centre Ouest Bretagne (en raison de la présence plus importante de familles monoparentales à Brest et de ménages précaires dans le Centre Ouest).
Repères :

  • Taux de pauvreté : 10.7 % en Finistère (soit environ 96 000 habitants).
  • En décembre 2018, 17 653 allocataires du RSA, dont 4 150 allocataires en orientations sociales.
  • 14,8 % des mineurs bretons en situation de pauvreté.
  • 11 138 étudiants bénéficiaires d’une aide de la CAF, soit 7 % de l’ensemble des allocataires (CAF 2018).
  • 1 259 NEET (jeunes non insérés) en Finistère en 2015 (INSEE).

Une nouvelle contractualisation avec l’Etat

La stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté s’appuie notamment sur l’engagement d’une contractualisation d’appui à la lutte contre la pauvreté et d’accès à l’emploi de l’Etat avec les Départements.

Cette contractualisation porte prioritairement sur les objectifs suivants :

  • Prévenir toute « sortie sèche » pour les jeunes sortant de l’aide sociale à l’enfance(ASE) ;
  • Mettre l’accent sur l’insertion des allocataires du revenu de solidarité active ;
  • Refonder et revaloriser le travail social au service de toutes les familles (démarches de premier accueil social inconditionnel de proximité, désignation de référent de parcours).

Le Département du Finistère conduit déjà un certain nombre d’actions répondant à ces enjeux : accompagnement renforcé du parcours d’insertion, développement des projets pour l’enfant, Démarche-qualité pour l’accueil social de proximité… D’ici au 30 juin prochain, le Département contractualisera avec l’Etat pour conforter et développer ces initiatives.

Sur le même sujet

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut