Plan handicap : 672 places d'accueil créées en Finistère d'ici 2025

© CD29 - F. Betermin

505 places déjà attribuées.

Le Conseil départemental du Finistère a lancé son Plan handicap en mars 2022, après avoir érigé ce sujet comme la priorité n°1 de son mandat. Il s’agit d’un plan d’actions de grande ampleur pour répondre aussi rapidement que possible aux besoins des Finistériens en situation de handicap et de leurs familles.

Au-delà du renforcement de la qualité de service de la MDPH et la création de dispositifs pour aider les aidants, ce plan d’actions matérialise un effort financier sans précédent pour augmenter la capacité d’accueil et d’accompagnement des Finistériens en situation de handicap d’ici 2025.

672 places supplémentaires seront ainsi créées d’ici 2025, financées par un effort près de 12 millions d’euros par an du Département, et de 5 millions d’euros par an de l’État. Depuis le lancement du plan handicap en mars 2022, 505 places ont déjà été attribuées aux associations gestionnaires, qui ouvriront progressivement dans les 3 ans qui viennent.

Plusieurs objectifs :

  • réduire au maximum la contrainte pour de jeunes adultes de devoir rester dans des établissements pour enfants après 20 ans ;
  • permettre une meilleure intégration dans la société des personnes en situation de handicap, avec des places de foyers de vie hors les murs ou des places d’habitat inclusif en cœur de ville ;
  • mieux répondre aux besoins des usagers en favorisant une logique de parcours de vie afin d’éviter les ruptures.

Où seront situées les nouvelles places créées ?

Répartition des places

168 places en foyers de vie
Financées par le Conseil départemental
Le foyer de vie accueille des adultes avec handicap ayant une certaine autonomie. Des activités adaptées leur sont proposées en journée (artistique, sportive, culturelle, ...). Ces places intègrent de l'accueil permanent et temporaire.
Exemple : à Plogonnec, la construction d’une petite structure pour accueillir 5 jeunes adultes, maintenus malgré leur âge en IME (Institut médico-éducatif), afin de leur permettre d'élaborer leur projet de vie avec un accompagnement spécifique.

15 places en foyer d'accueil médicalisé (FAM)
Financées par le Conseil départemental et l’ARS Bretagne
Le foyer d'accueil médicalisé accueille des adultes handicapés dépendants qui ont besoin de l’assistance d’une tierce personne pour la plupart des actes quotidiens (manger, s'habiller...), ainsi que d’une surveillance médicale et de soins constants.

81 places en maison d'accueil spécialisée (MAS)
Financées par l’ARS Bretagne
La maison d'accueil spécialisée accueille des adultes avec handicap gravement dépendants qui ne réalisent pas seuls les actes de la vie courante (manger, s'habiller...). Leur niveau de dépendance est souvent plus important que pour les FAM.

50 places en unité pour personnes handicapées vieillissantes (UPHV)
Financées par le Conseil départemental et l’ARS Bretagne
L’unité pour personnes handicapées vieillissantes accueille des personnes âgées entre 45 et 60 ans présentant un état de santé ou de dépendance nécessitant la mise en place d’un projet de soins personnalisé.

218 places d’accompagnement par un service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS)
Financées par le Conseil départemental
Le service d’accompagnement à la vie sociale favorise l’autonomie des adultes avec handicap, logés de manière autonome, pour les aider dans leur vie quotidienne (démarches administratives, gestion budgétaire, insertion professionnelle, gestion du logement, ...). Ce dispositif favorise l’inclusion en milieu ordinaire.
Exemple : à Brest et Plourin-lès-Morlaix, la création de 21 places pour des personnes présentant un handicap psychique souhaitant tester leur capacité à vivre en autonomie, en vue de favoriser leur insertion dans la cité en proposant un accompagnement global adapté.

21 places service d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD)
Financées par l’ARS Bretagne
Le service d’éducation spéciale et de soins à domicile apporte un soutien aux mineurs avec handicap dans leur milieu de vie par des équipes pluridisciplinaires (kinésithérapie, orthophonie, ergothérapie…). Ce dispositif favorise l’inclusion en milieu ordinaire.

119 places d’habitat inclusif
Financées par le Conseil départemental et la CNSA
L’habitat inclusif permet à des personnes avec handicap de vivre dans un logement ordinaire, souvent proche des commodités, pour favoriser leur intégration dans la vie sociale. Une aide à la vie partagée finance l’intervention d’un animateur pour coordonner la vie collective.
Exemple : à Lesneven, la création d’un habitat groupé de 7 logements T2 destiné à des personnes isolées déjà accompagnées en structure, afin de leur proposer un cadre de vie favorisant une réinsertion sociale voire professionnelle avec la possibilité d'intégrer l'ESAT de Lesneven.

Sur le même sujet

Informations complémentaires

  • Générer en PDF
  • Suggérer