Retour sur la 10e présentation des travaux de l’observatoire de l’habitat en Finistère

Actualisation du 25 mars 2019 : Le compte rendu de la table ronde est désormais consultable dans la rubrique document associé

L’observatoire de l’habitat en Finistère, lieu de connaissance et d’échange, apporte des éléments d’aide à la décision à l’ensemble des acteurs de l’habitat et de l’immobilier du département.

La 10eme réunion de présentation des travaux de cet observatoire s’est tenue le 4 décembre 2018 à la Maison du Département sous la présidence de Mme Armelle Huruguen, vice présidente du Conseil départemental du Finistère et de M. Yves Le Maréchal, Directeur Départemental des Territoires et de la Mer, devant une assemblée composée d’élus locaux et des acteurs de l’habitat et du logement.

Une année faste pour le marché de l’habitat

Etude de l’habitat, édition 2018

Parmi les principales observations de cette étude réalisée par l’Agence de Brest-Bretagne (Adeupa), il est à noter que la période 2017-2018 se caractérise comme une année faste sur les divers secteurs du marché de l’habitat (neuf, ancien, foncier, promotion…) notamment en termes de transactions et de production de logement. Un constat cependant tempéré par des perspectives incertaines pour l’avenir: 2018 s’annonce déjà plus raisonnée. Pour une bonne part, le futur dépendra de l’évolution de la situation économique, du marché de l’emploi et surtout de l’évolution des aides. Dans le parc locatif social, les mises en services sont moins nombreuses. Les demandes d’entrée dans le parc se stabilisent tandis que les attributions diminuent. Le niveau de réponse à la demande reste efficient à l’échelle départementale.

Observatoire de l’ Habitat en finistère Edition 2018

L’accueil des ménages modestes dans le parc public

Comme chaque année, un thème faisait l’objet d’une attention particulière. En 2018, c’est de l’évolution du logement social dont il était question avec notamment la présentation d’une étude spécifique réalisée par l’Adeupa. Cette note apporte des éléments de réponse afin de comprendre notamment comment le parc public remplit son rôle d’accueil des ménages modestes.

En première analyse, le parc finistérien semble répondre à la demande bien que des nuances apparaissent dans le détail pour les publics les plus démunis. La typologie des logements (manque de petits logements) et le niveau de loyers pratiqués dans le parc HLM représente une question centrale au regard des caractéristiques des occupants du parc pour lesquels certains phénomènes apparaissent notables (vieillissement, baisse des revenus, diminution de la taille des ménages).

Observatoire de l’habitat en Finistère – Focale 2018 – Le parc HLM finistérien remplit-il son rôle ?

Evolutions du logement social : un modèle finistérien à préserver

Dans le contexte de changement impulsé par la loi ELAN : quels sont les risques et opportunités pour les collectivités locales et les bailleurs sociaux pour poursuivre un développement équilibré de leur offre sur les territoires ? Comment continuer à tenir compte des évolutions socio démographiques pour innover?

Une table ronde associant Tifenn Quiguer (Vice-présidente de Brest métropole chargée du logement), Gildas Legrand (Directeur général de l’OPAC Quimper-Cornouaille), Hervé Couplet (directeur du développement et de la stratégie territoriale de Finistère Habitat) et Anne-Katrin Le Doeuff (Directrice générale déléguée du cabinet Espacité) a permis la confrontation des expériences et des expertises.

Au cours de débats riches et variés, les participants ont notamment confirmé la précarisation des demandeurs de logements sociaux et souligné un problème d’inadéquation des loyers avec les ressources des demandeurs. La contrainte en matière de financement pour les bailleurs sociaux est également une préoccupation très partagée. La baisse des loyers prise en charge par les bailleurs sociaux pour compenser la baisse des APL exacerbe cette situation. Elle sera coûteuse dans la durée et limite les capacités à investir pour construire ou rénover.

Dans le contexte finistérien, la vente de logements HLM n’apparait pas comme une réponse possible ni une stratégie souhaitable. Au-delà de ces préoccupations, il est à noter que le modèle finistérien porté par de nombreux offices publics présente de nombreux atouts en terme de patrimoine qu’il convient de préserver et conforter dans le cadre d’une stratégie portée collectivement par les territoires.

Aller en haut