Un contrat aux moyens renforcés au service des ports de pêche de Cornouaille

© CD29 - B. Galeron

Attribution de la délégation de service public.

Conforter la place portuaire cornouaillaise

Lors de la Commission permanente du lundi 4 décembre 2017, les Conseillers départementaux du Finistère, ont validé à l’unanimité, l’attribution de la DSP d’exploitation des ports de pêche de Cornouaille, à la Chambre d’Industrie et de Commerce métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO).

Cette délégation se traduit par un contrat unique et va permettre une exploitation coordonnée par un même gestionnaire. Elle doit permettre de conforter l’avenir de la filière, par une politique active d’investissement et d’une coopération renforcées entre les ports, les professionnels et les collectivités territoriales.

La place portuaire de Cornouaille : numéro 1 Français pour la pêche fraîche

Avec les ports de pêche de Douarnenez, Audierne-Plouhinec, Saint Guénolé-Penmarc’h, Le Guilvinec-Léchiagat, Lesconil, Loctudy-Ile-Tudy et Concarneau, la Cornouaille représente 25 % de la pêche fraîche française et 50 % de la pêche fraîche bretonne.

1 775 marins relèvent du quartier maritime et 5 500 emplois dépendent directement de la filière pêche, dont 254 acheteurs agréés et 780 emplois liés au mareyage. 354 navires y débarquent 53 253 tonnes de poissons, dans et en hors criée, pour une valeur marchande de 153 millions d’euros.

© CD29 - B. Galeron

Une compétence portuaire claire : le nouveau Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille dès le 1er janvier 2018

Ce syndicat, qui sera basé à Pont-l’Abbé, traduit la volonté d’intervention et de coopération renforcées des différentes collectivités concernées, associe le Département du Finistère, la Région Bretagne et les EPCI (Douarnenez Communauté, Communauté de communes du Cap Sizun-Pointe du Raz, Communauté de communes du Pays bigouden sud, Concarneau Cornouaille agglomération).

Il portera la réalisation des grands aménagements portuaires (criées, quais, terre-pleins) : 42 M€ sont programmés dans les dix ans à venir, auxquels s’ajoutent 15 M€ de subvention au délégataire pour les investissements, prévus dans le contrat de DSP.

© CD29

Un nouveau contrat et un délégataire unique pour améliorer le service portuaire

Le délégataire, la CCIMBO, a en responsabilité :

  • L’exploitation des services des ports ;
  • La réalisation d’un programme d’investissement portant sur le second oeuvre des bâtiments, les équipements, les outillages, la maintenance, la modernisation, le renouvellement et les mises aux normes.

Le Département a fixé un programme d’actions ambitieux au délégataire pour renforcer l’attractivité des criées et mutualiser les actions en sortant d’une logique « de port à port » :

  • La modernisation du port du Guilvinec ;
  • La réhabilitation des équipements et outillages du port de Concarneau ;
  • La mise aux normes du port de Douarnenez pour le slipway et le rejet des eaux de mer ;
  • Le renouvellement de l’ensemble des treuils et grues de débarquement sur tous les ports ;
  • La modernisation du système de vente en criée ;
  • L’ergonomie et la sécurité sur tous les ports ;
  • La transition énergétique ;
  • L’entretien, le nettoyage et le ravalement des bâtiments sur tous les ports.

28,6 millions d’euros d’investissement sont programmés, avec la répartition de financement suivante : 15 millions d’euros par le Syndicat mixte des ports de pêche-plaisance de Cornouaille, 8,6 millions d’euros par la CCIMBO, délégataire ; 4,9 millions d’euros par le FEAMP (Europe, État, Région).

Un contrat solide au plan financier

Le Chiffre d’affaires prévisionnel de la CCIMBO Quimper sur les huit années de la durée du contrat est de 119 M€.

La marge globale estimée pour le délégataire est de 6,3 % du chiffre d’affaires, ce qui est une garantie de solidité du contrat et doit permettre au délégataire de faire face aux aléas (baisse des recettes, augmentation des charges). Une harmonisation de la tarification sur l’ensemble des ports a été recherchée, en les adaptant au programme d’investissement.

© CD29 - B. Galeron

Des ports de pêche durables : exemplarité environnementale et exigence de solidarité

Le Département demande l’engagement dans des démarches qualité, en vue d’obtenir des certifications ISO avant le 31 décembre 2021 pour la qualité de services, la sécurité et l’environnement des ports.

Dans le cadre de la délégation de service public, le Conseil départemental a souhaité activer les clauses d’insertion pour réserver un nombre d’heures de travail à des personnes éloignées de l’emploi. Le nombre minimum des recrutements réservés à ces publics devra représenter 10 % des nouveaux recrutements soit 6 188 heures d’insertion. L’objectif est d’atteindre le taux de 18 % en fin de délégation, soit 6 personnes à temps plein.

© CD29 - B. Galeron

Sur le même sujet

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut