Défi 5 : conforter l’alimentation comme vecteur de lien social

© CD29 - B. Galeron

Intégration sociale et lien entre les Finistérien.ne.s.

L’alimentation est un besoin essentiel qui concerne chacun et doit être un levier d’intégration sociale et vecteur de lien entre les Finistérien.ne.s.

Préserver le temps du repas

Le repas est un temps de la journée qui se partage. Le nomadisme alimentaire, la solitude et/ou les contraintes financières, temporelles et matérielles tendent à affecter la dimension commensale de ce moment pourtant essentiel de la vie sociale des individus.

Autour de cet enjeu ont été évoquées des pistes d’action visant à permettre l’accès à des lieux de repas partagés pour tous : mise à disposition des espaces de restauration collective, équipement de parcs publics…

Valoriser et transmettre le patrimoine culinaire

Le Finistère possède un patrimoine culinaire reconnu s’appuyant sur un ensemble de produits et de savoir-faire.

Encourager la transmission entre les générations par l’organisation d’ateliers ou rencontres culinaires, communiquer autour de recettes et produits locaux permettront d’assurer la pérennité du patrimoine culinaire du territoire et de renforcer les liens intergénérationnels.

Faire de l’insertion un levier de la mise en œuvre du PAT

Il existe en Finistère différents chantiers d’insertion directement liés à des activités agro-alimentaires. La réussite des associations d’insertion dans les activités de maraîchage, de transformation et de conditionnement de produits de la mer permet de capitaliser des expériences afin de faire de l’insertion un levier dans la mise en œuvre du PAT pour développer des projets innovants.

Du diagnostic à l’action

RUBALISE : faire de l’alimentation un secteur d’insertion et d’emploi pérenne

Initialement association gestionnaire d’habitat jeunes, AILES (association d’Iroise pour le logement, l’emploi et les solidarités) porte aussi des activités d’insertion par l’activité économique (IAE), confiées en juillet 2017 à l’association RUBALISE et soutenues par le Conseil départemental.

En phase de construction nécessitant expertise et financement, RUBALISE crée la SAS Penn Ar Bio, en cours d’agrément d’entreprise d’insertion, pour gérer le restaurant biologique (4 emplois, dont 2 en CDDI) et la cuisine centrale, innovante et évolutive, avec avec 2 500 repas par jour (15 emplois).

En parallèle, RUBALISE va aussi gérer une activité nouvelle : la légumerie biologique, toujours en chantier d’insertion où une dizaine de salarié.e.s prépareront les légumes biologiques pour la restauration collective et les transformateurs.

 

Informations complémentaires

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut