Un Finistère solidaire et inclusif

© CD29 - B. Galeron

Respect des choix et libertés, innovation sociale, autonomie...

L’inclusion sociale est la capacité pour les personnes exposées au risque de pauvreté et d’exclusion sociale de disposer des possibilités et des ressources nécessaires pour participer activement à la vie économique, sociale et culturelle. Elle permet aussi aux personnes vulnérables d’être davantage associées aux processus de décision qui affectent leur existence et de pouvoir exercer leurs droits fondamentaux.

En 2016, nous avons consacré 466 millions d’euros aux dépenses de solidarité sociale : soit 60 % de notre budget de fonctionnement. Le contexte et nos missions nous incitent à continuer notre action de solidarité, en l’inscrivant plus encore dans le sens du respect des choix et des libertés, de l’innovation sociale et de la recherche de l’autonomie de chacune et chacun.

Accompagnons les Finistérien.ne.s face aux difficultés

La solidarité s’exprime par la mise en œuvre de politiques actives au bénéfice des Finistériennes et des Finistériens qui rencontrent des difficultés, à tous les âges de leur vie, avec une attention particulière portée aux enfants en danger ou en risque de danger, ainsi qu’aux habitant.e.s en situation de précarité, d’isolement, de perte d’autonomie, ou de handicap. À tou.te.s ces Finistérien.ne.s, nous proposons, avec nos partenaires, un accueil et une écoute personnalisée, des conseils pour l’accès à leurs droits, un accompagnement adapté et centré sur leur projet de vie, créateur de lien, d’autonomie et d’inclusion sociale.

Facilitons le projet de vie des personnes accompagnées

La personne doit être au cœur de nos interventions et de celles de nos partenaires. Le projet de vie pour les enfants, pour les personnes âgées, celles en situation de handicap, de précarité, ou en parcours d’insertion est élaboré pour l’intéressé.e, avec elle/lui et son entourage. Il détermine les réponses à apporter et la coordination des moyens à mettre en œuvre. L’accompagnement peut prévoir des réponses en matière de logement, de santé, d’accès à la connaissance et aux loisirs.

Pour les couples, les familles ou les fratries en difficulté, nous proposons des lieux d’accueil, d’échange et d’information nécessaires à la prise en compte de chacun.e.

Nous avons adopté en 2014 le 4e schéma départemental « Vivre ensemble » pour les personnes en situation de handicap, puis, en 2015 le 4e schéma départemental « Bien vieillir en Finistère » pour les personnes âgées. La majorité des personnes handicapées ou dépendantes souhaite vivre à domicile. C’est pourquoi, dans le cadre de ces schémas, la présence à domicile est privilégiée. Les aidants contribuant fortement à la vie des personnes à domicile, des programmes renforcés de soutien leur sont proposés pour les appuyer. Dans le cas où l’accueil en établissement s’avère nécessaire, nous déployons, avec nos partenaires, des propositions variées qui cherchent à répondre à la diversité des situations rencontrées.

En parallèle, nous développons des modes d’accueil ou de logement intermédiaires, alternatifs à la vie en établissement, pour permettre des réponses graduées, adaptées au plus près des besoins de chacun.e.

Encourageons l’autonomie des personnes accompagnées

Pour contribuer durablement à l’autonomie, notamment dans le domaine de l’insertion sociale et professionnelle, l’accompagnement proposé par le Conseil départemental et ses partenaires s’appuie sur les potentialités, les ressources propres des personnes et leurs motivations. Les interventions des professionnels visent à rendre les personnes actrices de leur projet de vie.

En 2016, nous pilotons le renouvellement du Plan départemental d’insertion (PDI). Des représentants des usagers sont associés à cette démarche. Avec eux et avec les acteurs de l’insertion (l’État, Pôle Emploi, CAF, MSA, Missions locales, structures de l’insertion par l’activité économique notamment) nous identifions trois orientations stratégiques : favoriser l’accès aux droits et à l’autonomie, favoriser l’accès et le retour à l’emploi, améliorer la coordination des acteurs et la communication. Le PDI posera des enjeux forts qui s’attacheront en premier lieu à prendre en compte tous les facteurs d’exclusion : logement, mobilité, santé, savoirs fondamentaux. L’accès aux services bancaires, aux usages numériques tout comme l’accès à des activités culturelles, sportives ou sociales seront également travaillées. L’emploi demeure l’objectif principal. Les partenariats avec Pôle emploi et les structures de l’IAE seront confortés comme la mobilisation du monde économique notamment par les clauses d’insertion dans les marchés publics.

Enfin, le Conseil départemental lui-même employeur de jeunes en emplois d’avenir ou de personnes en contrat aidé s’engage pleinement dans leur accompagnement.

Facilitons la continuité des parcours et développons la prévention

Les élu.e.s du Conseil départemental ont la volonté de permettre la fluidité des accompagnements proposés. Nous sommes attentifs, avec nos partenaires, à éviter les ruptures dans les parcours, les prises en charge et les dispositifs d’aide.

Avec la volonté d’éviter la dégradation des situations des personnes et de mieux maîtriser la dépense publique, nous développons ou appuyons des politiques volontaristes de prévention, et particulièrement dans les domaines de la consolidation du lien social, de la parentalité, de la planification familiale, du « bien vieillir », de la santé, ou bien encore face aux conduites à risques.

Dans le domaine de la protection de l’enfance nous avons la volonté de mettre en avant le projet pour l’enfant et son intérêt qui sont au centre de nos interventions. L’enfant, dès qu’il le peut, doit être associé aux choix le concernant. Nous développons le soutien à la parentalité et les actions de prévention pour contribuer à réduire progressivement et significativement le recours au placement.

Défendons la mixité sociale et luttons contre les discriminations

Nous encourageons la mixité générationnelle et sociale, notamment dans l’habitat. Elle favorise les échanges d’expérience, de savoir et de services et renforce la cohésion entre Finistérien.ne.s.

Dans les collèges, nous nous appuyons sur notre compétence en matière de carte scolaire pour favoriser la mixité sociale.

Dans le prolongement de nos actions de solidarité, nous luttons contre toutes les discriminations en Finistère. La lutte contre les inégalités entre les femmes et les hommes, sera l’objet de l’un des projets prioritaires du mandat.

Informations complémentaires

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut