Environnement

© CD29 - B. Galeron

Un cadre de vie préservé

La préservation du patrimoine naturel et du cadre de vie des Finistériens passe par la protection d’espaces naturels sensibles et de la biodiversité, la reconquête et le maintien de la qualité de l’eau, une gestion vertueuse des déchets et et de l’énergie.

Les politiques départementales dans le domaine visent à favoriser un développement durable du Finistère.

Espaces naturels.

Protection, valorisation et ouverture au public

Le Conseil départemental du Finistère élabore et met en œuvre une politique de protection, de gestion et d’ouverture au public des espaces naturels sensibles depuis plus de 40 ans. Financée par la taxe d'aménagement, cette politique départementale est basée sur l’acquisition de sites naturels à protéger, sur leur mise en valeur afin de préserver le cadre de vie des Finistériens et la biodiversité. Entre 1973 et fin 2015, le Conseil départemental est devenu propriétaire de 4 175 hectares d’espaces naturels répartis sur près de 200 sites. Il s’agit de dunes, de bois, de panoramas, de sites archéologiques ainsi que de zones humides et de tourbières.

Il participe également à la gestion des terrains acquis par le Conservatoire du littoral. Au total, 1% de la superficie départementale et 20% du linéaire côtier sont protégés par ses acquisitions et celles du Conservatoire du littoral.

Cette politique d’acquisition permet aussi au Conseil départemental de développer l’offre de sentiers de promenade et de randonnée dans le département. Associations départementales, collectivités locales, Pays touristiques sont encouragés financièrement pour améliorer la qualité de ces sentiers (création, entretien, d’itinéraires, balisage, acquisitions foncières pour permettre la continuité des parcours). Plus de 6000 km de sentiers maillent le territoire, le Conseil départemental, via le plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR), garantit la qualité de ces sentiers et s’assure de la diversification de l’offre (sentiers pédestres, cyclables, équestres, accessibilité aux personnes handicapées...) pour satisfaire les Finistériens et les touristes.

En parallèle de l’action sur les espaces naturels sensibles, le Conseil départemental mène une action spécifique de connaissance, de protection et de valorisation des zones humides de son territoire en partenariat avec le Forum des marais atlantiques.

Eau et assainissement

L’eau est une ressource naturelle majeure. De sa bonne gestion qualitative et quantitative dépend le développement durable des territoires : urbanisme, tourisme, activité industrielle ou agricole…

Protection de la resssource

Le Conseil départemental mène une politique d’accompagnement des actions de protection et de gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques. Les actions menées se traduisent par un accompagnement financier, technique et méthodologique des acteurs locaux (collectivités locales et associations) et par la mise en réseau des acteurs afin de lutter contre les pollutions diffuses (nitrates et algues vertes, produits phytosanitaires ...), améliorer la gestion des cours d’eau, et lutter contre les inondations, et les submersions marines.

En particulier, un groupe de travail départemental a été initié en 2021 pour renforcer l’accompagnement des gestionnaires de captages « prioritaires » en termes de nitrates, et la collaboration pour assurer la reconquête de la qualité de l’eau sur ces secteurs vulnérables.

Il participe également au suivi et à l’évaluation de la qualité de l’eau, via un réseau de mesure qui comprend 22 points de prélèvements.

Le Schéma Départemental AEP : pour planifier les travaux de sécurisation

Les priorités de la politique départementale s’inscrivent dans le schéma départemental d’alimentation en eau potable 2014-2030 (SDAEP), élaboré en concertation avec l’ensemble des acteurs : renforcer la protection de la ressource, améliorer la performance des réseaux, favoriser les économies d’eau et assurer la sécurisation quantitative et qualitative de la production en eau potable.

Au-delà des aides financières apportées aux collectivités, la déclinaison opérationnelle du schéma se caractérise par la mise en œuvre d’outils d’aide à la décision pour améliorer la connaissance et le suivi du patrimoine (schémas directeurs, études patrimoniales et tarifaires, pose de compteurs divisionnaires…) ; le lancement des études préalables aux projets de sécurisation de l’alimentation en eau potable (interconnexions et restructurations des usines de traitement) et enfin, la réalisation des travaux pour la sécurisation des Finistériennes et Finistériens.

Inondations

Le département du Finistère est soumis à des risques importants d’inondation fluviale et de submersion marine. En complément de l’intervention de l’Etat, dont c’est la compétence, le Conseil départemental participe à l’information et la sensibilisation des populations face au risque d’inondations, et de submersion marine. Il apporte une assistance technique et financière aux collectivités locales et anime le réseau des chargés de missions inondations des collectivités concernées.

Il a construit le barrage de Guily-Glaz, qui permet de réduire les effets des inondations entre Châteaulin et Port-Launay, tout en permettant la remontée, depuis l’estuaire, des bateaux et les poissons migrateurs. Il favorise l’émergence de projets innovants permettant de limiter les risques d’inondation (Appel à projet gestion innovante des eaux de ruissellement). Le Conseil départemental se dote aussi d’outils permettant de mieux comprendre les effets des submersions marines sur notre territoire.

Aux côtés de l’Etat, le Conseil Départemental est un acteur de la construction et du suivi des Programmes d'actions de prévention contre les inondations (PAPI). Il favorise l’élaboration d’une Stratégie Locale de Gestion des Risques Inondation (SLGRI) sur le territoire de Quimper où se trouvent la conjonction de risques d’inondation et de submersion couplé à d’importants enjeux humains.

Finistère eau potable 2050 : pour répondre aux enjeux liés au réchauffement climatique

Dans un contexte de réchauffement climatique, le Département a souhaité renforcer son action pour maintenir l’accès durable à l’eau potable malgré une raréfaction des ressources et une probable augmentation des besoins.

70% de notre eau potable est prélevée à partir des cours d’eau. Ces eaux de surface sont particulièrement exposées aux phénomènes de sécheresses et pollutions liées aux activités humaines. Les regards se tournent alors vers les 30% d’eau prélevée dans les nappes souterraines, davantage préservées des contrastes météorologiques. La protection de la multitude de captages concernés et qui font la particularité du Finistère devient un enjeu fort pour gagner en résilience à l’avenir et garantir l’accès à l’eau potable pour tous.

Il s’agit désormais d’amplifier la mobilisation des acteurs de l’eau pour faire face aux enjeux liés au changement climatique :

  • En novembre 2019, la réunion de 180 acteurs œuvrant dans le domaine de l’eau a permis de partager les enjeux futurs et de lancer le projet Finistère eau potable 2050 visant à apporter des réponses collectives et concertées  pour s’adapter au mieux à ce défi majeur de l’accès à l’eau.
  • Le 22 janvier 2021, la Conférence des autorités organisatrices de l’eau potable du Finistère a été installée, dont le principe consiste à concerter et animer Finistère eau potable 2050 avec les principaux acteurs de l’eau : les maîtres d'ouvrages « eau potable », les structures et associations territoriales, les partenaires institutionnels, les chambres consulaires, les acteurs économiques et environnement et les associations de consommateurs.

Cette instance collégiale est chargée d’animer le projet Finistère eau potable 2050, au travers d’expérimentations de solutions nouvelles, innovantes sur des territoires tests, en vue d’un déploiement de solutions partagées.
Les objectifs du projet et les modalités de sa gouvernance ont été validés à cette occasion.

Finistère eau potable 2050 s'articule autour des objectifs suivants :

  • évaluer les besoins en eau et les ressources futurs ;
  • protéger, optimiser et économiser la ressource ;
  • innover et assurer les travaux de sécurisation nécessaires ;
  • organiser les conditions d'une solidarité départementale.

Ces coopérations renforcées permettront de construire ensemble les conditions d’un maintien de l’accès à l’eau potable à tous et d’une coopération solidaire, par le biais de notre adaptation aux effets prévisibles du changement climatique.

Déchets

Réduction et valorisation

L’action conduite par le Conseil départemental en matière de déchets a été fortement impactée par la loi NOTRe du 7 août 2015, qui a transféré la planification des déchets du niveau départemental au niveau régional.

Le Plan Départemental de Prévention et de Gestion des Déchets Non Dangereux (DND) a été révisé en Séance plénière le 18 juin 2015 et reste applicable tant que le futur Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets n’est pas approuvé. Son suivi relève, depuis la promulgation de la loi, du Conseil régional de Bretagne. Le projet de Plan pour les déchets issus de chantiers du bâtiment et des travaux publics (BTP) a été adopté par l’Assemblée départementale le 20 octobre 2016, les procédures en vigueur avant la loi s’appliquant pour la finalisation des plans en cours d’élaboration ou de révision. Le Conseil régional devrait soumettre ensuite ce plan BTP à enquête publique, l’adopter après modifications éventuelles suite à l’enquête puis assurer son suivi.

Energie.

Une gestion durable

Pour participer à la lutte contre le changement climatique et gérer durablement l’énergie, le Conseil départemental du Finistère s’est doté d’un Plan Climat Energie Territorial (PCET). Ce Plan est un projet territorial de développement durable qui a pour objectif de limiter l’impact du territoire sur le climat en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES), en s’adaptant aux changements climatiques annoncés et en améliorant la performance énergétique du territoire (maîtrise de l’énergie et développement des énergies renouvelables).

De nombreuses politiques du Département sont concernées par ce Plan, et tout particulièrement le domaine des transports et des bâtiments (patrimoine départemental ou aides au logement). D’autre part, la collectivité sensibilise et mobilise ses partenaires (collectivités, professionnels, ..) sur ces problématiques. A titre d’exemple, le Conseil départemental favorise avec différents partenaires l’émergence de la filière bois, des énergies marines et des projets de méthanisation. Il est également aux côtés du Syndicat départemental d’énergie et d’équipement du Finistère qui intervient en appui aux collectivités, notamment en matière d’éclairage public, de développement des énergies renouvelables ou pour la valorisation des certificats d’économie d’énergie mais également sur de nouveaux secteurs comme le schéma départemental de recharge des bornes électriques.

Information, éducation, sensibilisation

Les enjeux environnementaux font l’objet d’une attention croissante de la part du grand public et des professionnels. Pour améliorer l’accès à l’information environnementale, le Conseil départemental a, depuis plusieurs années, développé différents outils : centre de documentation (ouvrages, revues, espaces de travail..), newsletter sur le thème de l’environnement, organisation d’expositions, de cafés–environnement… Il travaille aussi en partenariat avec de nombreuses associations qui interviennent dans le domaine de l’éducation/sensibilisation à l’environnement en leur apportant notamment un soutien financier, en jouant un rôle d’animateur de réseau.

Informations complémentaires

Contact(s)

Conseil départemental du Finistère
Direction de l’Aménagement, de l’Agriculture, de l’Eau et de l’Environnement
32 bd Dupleix - CS29029
29196 Quimper Cedex
02 98 76 20 20

Service de l’Eau potable et de l’Assainissement (SEA)
7 rue Anne Robert Jacques Turgot
29196 Quimper Cedex
02 98 76 21 50

Accédez à vos services
  • Générer en PDF
  • Suggérer