L'abbaye du Relec

Vue de l’église de l’Abbaye du Relec. Vue de l’église de l’Abbaye du Relec. © Centre départemental d’archéologie du Finistère (CD29).

À Plounéour Ménez.

L’histoire de l’abbaye du Relec à Plounéour-Menez témoigne de l’essor des Cisterciens au Moyen Age. Les fouilles archéologiques du site nous racontent comment les moines ont su transformer les espaces les plus pauvres en terres agricoles, et faire prospérer leur abbaye jusqu’au XVIIIème siècle.

Une abbaye cistercienne sur les contreforts des Monts d’Arrée

Plan d’ensemble de l’Abbaye du Relec. (Agrandir l'image). Plan d’ensemble de l’Abbaye du Relec. - © B. Grall. Centre départemental d’archéologie du Finistère (CD29).

L’abbaye cistercienne du Relec s’est installée sur les contreforts des Monts d’Arrée, à l’écart des grosses agglomérations, conformément aux préconisations de l’ordre cistercien.

La date de fondation communément admise est de 1132 bien qu'aucune charte de fondation n'ait été conservée. Le 1er acte connu à son sujet date de 1184. Les moines venaient de la Maison mère, l’Abbaye de Bégard créée deux ans plus tôt.

L’ensemble monastique est composé de l’église abbatiale, d’un cloître desservant la salle capitulaire, le cellier, réfectoire et dortoir, dont les vestiges sont mal conservés, et d’une hostellerie disparue.

Soucieux de rétablir une règle religieuse plus stricte et plus orientée vers la pauvreté et la spiritualité, les moines de l’ordre cistercien, en plein essor au moyen-âge, s’installent donc sur les terres jusque-là délaissées comme les landes des Monts d’Arrée. Ils ont su transformer ces espaces les plus pauvres en terres agricoles, en instaurant un système de location de terre égalitaire et avantageux pour les paysans : la quévaise. Ce système a permis le défrichement de nombreuses terres des monts d’Arrée. Le village médiéval voisin du Goënidou (commune de Berrien) est né de ce système.

D’importants travaux ont façonné l’environnement de l’Abbaye

Fouille de l’aile Ouest de l’Abbaye du Relec. (Agrandir l'image). Fouille de l’aile Ouest de l’Abbaye du Relec. - © R.Pérennec. Centre départemental d’archéologie du Finistère (CD29).

Les fouilles archéologiques ont permis de découvrir les premiers aménagements du site, les vestiges d’un moulin à roue horizontale, associé à une canalisation.

Par la suite d’importants travaux sont réalisés le long d’un ancien cours d’eau, le Queffleuth,  consistant en l’aménagement de digues et de deux étangs alimentant de nouveaux moulins à roue verticale. Un jardin fut aménagé au cours du XVIIe siècle, avec apports de terre arable, création d'allées, installation d'une fontaine et de son adduction d'eau. Ces vestiges correspondraient assez bien avec une description notée dans un texte de 1682 dit "le jardin neuf".

Le Conseil départemental du Finistère, propriétaire du site, a entrepris des travaux de consolidation et de mise en valeur du site. Ceux-ci ont été décidés en trois tranches consécutives, portant alternativement sur l’aile orientale du cloître, l’église abbatiale, et la  valorisation du cloître dans son ensemble. Les fouilles archéologiques menées de 2001 à 2006, par Ronan Pérennec, archéologue au Centre départemental d’archéologie du Finistère ont été complétées par un diagnostic mené sur l’emplacement du cloître en 2014-2015 et par des suivis de travaux de restaurations menés de 2013 à 2016 à l’intérieur de l’abbatiale.

Redécouverte de fresques datées du XIIème siècle

Vestiges de peintures murales découverts dans l’église de l’Abbaye du Relec. (Agrandir l'image). Vestiges de peintures murales découverts dans l’église de l’Abbaye du Relec. - © G. Fray.

Au cours de récents travaux, menés par le Département, au niveau des chapelles, les ouvriers ont mis au jour, sous les enduits, des fragments de fresques. Celles-ci en cours de restauration par Géraldine FRAY, sont datées du XIIe siècle, soit des origines de la construction de l'abbaye, mais l’on retrouve également des décors peints qui se superposent jusqu’au XVIIème siècle.

L’archéologie retrace l’histoire de ce site dont l’activité a perduré jusqu’au XVIIIe siècle

Vestiges d’une exploitation agricole XIXe siècle installées sur les ruines du cloître. (Agrandir l'image). Vestiges d’une exploitation agricole XIXe siècle installées sur les ruines du cloître. - © R.Pérennec. Centre départemental d’archéologie du Finistère (CD29).

Les fouilles archéologiques ont permis de mettre en évidence les différentes phases de construction de cet ensemble monastique. Vu les difficultés financières de la jeune communauté, les travaux ambitieux n’ont pas pu être menés d’une seule traite, le chantier a été pensé par tranches, pour en faciliter la réalisation. Ce n’est que dans le courant du XIIIe siècle que l’œuvre des précurseurs trouve son aboutissement. C’est alors seulement que le cloître émerge. L’église est alors embellie et surtout agrandie verticalement au XVe siècle. L'ensemble des bâtiments a subi de très importants remaniements (architecture et hydraulique) que l'on situe entre le XVIe et le XVIIIe siècle et qui témoignent d'une modification importante de la topographie de la zone.

Après la révolution, les bâtiments monastiques sont abandonnés et servent de carrières de matériaux. Des aménagements ultérieurs correspondent plutôt à une exploitation agricole, avec étable, four à pain, remises, granges… Ces structures en dur sont détruites au cours du XXème siècle. Seule l’église est préservée.

L'abbaye du Relec - Galerie photos

Sur le même sujet

Informations complémentaires

Contact(s)

Visiter l'abbaye du Relec

EPCC Chemins du patrimoine en Finistère
29410 Plounéour-Ménez
Téléphone : 02 98 78 05 97
E-mail :  

> Centre départemental d'archéologie du Finistère
02 98 81 07 20

  • Générer en PDF
  • Suggérer
Aller en haut