64 collégiens finistériens au Salon de l’agriculture grâce au Département

© Département du Finistère

64 collégiens ont eu la chance de visiter le Salon international de l’agriculture (SIA) à Paris le 24 février dernier.

Encadrés par des professionnels du Conseil départemental du Finistère et de l’Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture (ANEFA), les élèves ont pu découvrir :

  • les métiers de l’agriculture à travers des jeux, des simulations (conduite virtuelle de tracteur) et des rencontres avec des agriculteurs ;
  • la ferme pédagogique du salon, une véritable immersion dans le monde agricole ;
  • l’espace Bretagne terre et mer,
  • Oreillette, la vache normande, star de ce salon de l’agriculture !

Les collégiens ont été ravis de vivre cette expérience, comme le confirment les chefs d’établissement : « Un grand merci malgré le contexte ! La préparation et la complémentarité des actions des adultes ont permis de faire de ce séjour une véritable réussite ! ».

L’engagement du Département

Dans le cadre de son Plan agriculture et alimentation, le Conseil départemental réaffirme sa volonté de soutenir fortement les agriculteurs, en accompagnant leurs parcours et leurs projets, et en contribuant notamment à faire connaître les métiers de l’agriculture.

D’ici 2028, l’objectif est de faire découvrir ces métiers à un maximum de collégiens finistériens. Pour cela :

  • l’action éducative « Découverte des métiers de l’agriculture » propose des visites d’exploitations et des interventions en classe ;
  • un temps fort « La quinzaine des métiers de l’agriculture » (visites d’exploitation, intervention de professionnels en classe…) est programmé du 25 mars au 5 avril 2024 ;
  • un partenariat avec l’ANEFA Finistère et la Chambre d’agriculture est mis en œuvre pour permettre aux collégiens de la 4e à la 3e de mieux appréhender le monde agricole, ses métiers et les parcours de formation qui y mènent.

En encourageant les vocations, le Département du Finistère contribue à l’avenir de ce secteur essentiel à notre économie.

Revenir en haut de page